Baisse de la fertilité masculine, mythe ou réalité

La Clinique Générale-Beaulieu, en partenariat avec les laboratoires Unilabs et la Société Médicale de Beaulieu, a accueilli les 4èmes Rencontres du Centre de Procréation Médicalement Assistée, le 11 mars 2010.


Des intervenants de réputation internationale ont débattu sur un thème d’actualité : la fertilité masculine est-elle en danger :

- Professeur Pierre Jouannet, membre de l’Académie Nationale de Médecine, médecin à l’hôpital Cochin à Paris et ancien directeurs des CECOS, Centre d’études et de conservation des oeufs et du sperme humain.

- Docteur Rémy Slama, chercheur à l’INSERM, à l’Institut Albert Bonniot de Grenoble, spécialisé dans l’influence des facteurs environnementaux sur la fertilité.

- Docteur Laurent Vaucher, urologue au CHUV de Lausanne.

Une baisse constatée de la quantité de sperme
Depuis les premières études aux Etats-Unis dans les années ’70, la baisse de la production de spermatozoïdes a été vérifiée dans les principaux pays industrialisés. Mais l’importance de cette baisse n’est pas la même selon les zones géographiques. Parfois même, c’est plus la mobilité des spermatozoïdes que la concentration qui est altérée.

Les raisons de cette baisse de la production spermatique sont encore floues et difficiles à vérifier. Il est néanmoins vraisemblable que certains facteurs environnementaux ou alimentaires, les conditions de vie et de travail et l’augmentation de certaines pathologies comme le cancer des testicules ont une influence importante sur le phénomène.

Pas de baisse de la fertilité du sperme

Si la production de sperme a diminué progressivement au cours des 50 dernières années, la quantité moyenne produite par les hommes dans nos pays (environ 60-70 millions / ml) reste bien supérieure à la limite de fertilité fixée par l’Organisation Mondiale de la Santé (20 millions / ml). Il n’y a donc pas de lien direct entre la baisse de la production de sperme et une baisse de la fertilité.

Une attitude de vigilance et de précaution

Cette baisse régulière de la production spermatique est quand même un signal fort pour que les chercheurs et les médecins se penchent sur ce problème et que nous nous interrogions sur son origine et si cela va encore s’aggraver.

Elle doit aussi nous inciter au principe de précaution vis-à-vis de conditions ou de comportements à risque.

En savoir plus :

5 réponse à “Baisse de la fertilité masculine, mythe ou réalité”

  1. great post as usual!

  2. Bonjour Marie Christine,

    En attendant la publication de ce prochain billet, je vous invite à lire le dernier ouvrage du Professeur Pierre Jouannet « La fertilité est-elle en danger ? » de Bernard Jégou, Pierre Jouannet, Alfred Spira aux éditions La Découverte. Vous pourrez déjà y découvrir de nombreux éléments de réponse.

    N’hésitez pas à nous solliciter de nouveau si vous avez d’autres questions.

    En vous remerciant de votre intérêt.

    Julia Pearl,
    Community Manager de la Clinique Générale-Beaulieu

  3. Réponse à Marie-Christine,

    Un article paraîtra prochainement dans le journal d’entreprise de la Clinique Générale-Beaulieu. Mais il s’agira d’une synthèse. Elle sera mise en ligne en juin prochain.

    Philippe Amez-Droz
    Chargé de communication
    Clinique Générale-Beaulieu

  4. Marie-Christine 23 avr 2010 à 11 h 41 min

    Bonjour.

    Existe-il un compte-rendu public de cette IVe Rencontre du Centre de Procréation Médicalement Assistée ?

    J’aurais aimé en savoir plus sur l’influence des facteurs environnementaux sur la fertilité.

    Merci.

    Marie Christine.

  5. Marie-Christine 23 avr 2010 à 11 h 35 min

    Bonjour.

    Existe-il un compte-rendu public de cette IVe Rencontre du Centre de Procréation Médicalement Assistée ?

    J’aimerais notamment en savoir plus sur l’influence des facteurs environnementaux sur fertilité.

    Marie Christine.

Laissez votre commentaire


Les commentaires sont visibles après validation. Quant au contenu des commentaires (véracité, objectivité ...) il n'engage que son auteur.


>> Respectez la charte des commentaires.